Articles avec le tag ‘mise en sécurité’

Quizz SAE

Par Ophélie le 21 février 2011

Êtes-vous sûr de tout savoir sur la loi SAE ?

Les appareils concernés par la première échéance de travaux du 31 décembre 2010 ont tous été mis en conformité

FAUX : Il reste environ 15 % du parc qui n’a pas été mis en sécurité à l’issue de la première échéance de la loi SAE. Or cette étape est primordiale pour éviter tout risque d’accidents mortels. Les propriétaires se retrouvent donc en infraction par rapport à la loi.

Les risques encourus par les propriétaires sont limités

FAUX : L’un des premier risques pour les propriétaires est de se voir attribuer une amende. Mais au-delà de ça il en va de leur responsabilité civile et pénale en cas d’accident : en effet, si la victime porte plainte, les propriétaires devront répondre devant la Justice, ils devront payer l’amende prévue par la loi ainsi que le préjudice moral et physique subi par la victime, et devront effectuer les travaux de mise en sécurité extrêmement rapidement car ils risquent d’avoir à le faire sous astreinte.

On mesure déjà les effets de la loi SAE sur les accidents

VRAI : Depuis 2006, force est de constater que les accidents graves sont réduits au tiers par rapport aux années précédentes. En 2010, un seul accident mortel d’usager est à déplorer, survenu dans un appareil qui n’était pas encore mis en sécurité. En 2009 il n’y avait eu aucun accident mortel d’usager.

Conférence de presse en région

Par Glenn le 23 septembre 2010

La Fédération des Ascenseurs se déplace en région afin de rappeler la mise aux normes obligatoire des ascenseurs.

D’ici 2018, les ascenseurs français devront avoir été remis aux normes. Reportage et interviews de Jean-Luc Detavernier (Délégué Général de FA) et Jean-Pierre Bureau (Directeur Général de ABH SAS) sur TV Rennes 35.

Début du reportage à 0:59.

Réaction à la MIE sur les ascenseurs

Par Glenn le 19 mai 2010


« À qui profite la polémique ? », c’est ce qu’inspire la communication de l’élu communiste et rapporteur de la mission du conseil de Paris sur les ascenseurs…

On ne peut pas dire n’importe quoi, faire des amalgames ou encore généraliser pour toute la France ce qui correspond à moins de 1% du parc en France. Revenons sur l’essentiel et à la réalité sur le parc de Paris et d’IDF.

Il représente 40% du parc national et concentre à lui seul 45% des ascenseurs des logements sociaux de France. C’est le parc le plus ancien et le plus dégradé du fait des conditions d’usage. On enregistre en IDF et à Paris une moyenne de 3 pannes par ascenseur et par an, et d’avantage sur une petite partie du parc (2%) dans des immeubles de quartier difficiles où les appareils sont malmenés ou vandalisés.

La loi de mise en sécurité des ascenseurs existants (3 juillet 2003) progresse en IDF comme dans toute la France : 42% d’avancement global sur les 3 tranches de travaux et 75% pour la 1ère de travaux. À Paris 13000 appareils ne sont pas encore engagés dans le processus des travaux de la 1ère tranche qui arrive à échéance le 31 décembre 2010. En cas d’accident la question de la responsabilité se poserait inévitablement.

Plutôt que de proposer un système de télésurveillance utilisé comme outil de flicage des ascensoristes (« les boites noires », mot inadapté repris dans la presse), mieux vaudrait investir dans la mise à niveau des ascenseurs concernés, souvent vétustes afin de limiter les pannes.

Ce qui est mis en avant dans ce rapport du conseil de Paris, est coûteux pour les copropriétaires et moins efficace pour dégager les usagers quand ces derniers sont bloqués entre 2 étages.

Enseignement : il faut arrêter de stigmatiser la profession et d’ajouter à la confusion. Seul un vrai dialogue entre tous les acteurs concernés permettra de limiter les problèmes et les gênes des usagers.

Fédération des Ascenseurs

Mise en sécurité des ascenseurs

Par Glenn le 18 mai 2010

42% d’avancement global sur 5 années effectives

Pour les travaux de mise en sécurité, à la fin du 1er trimestre 2010, 75% du parc concerné par la première tranche de travaux est traité ainsi que 40% du par concerné par la deuxième tranche.

Globalement, plus de 40% de l’ensemble des 3 échéances sont traités en 5 années effectives.

Autrement dit, il reste (mi mai 2010) 7 mois pour achever la première tranche de travaux, ce qui nécessite que les retardataires engagent le processus au plus vite. Par ailleurs, il reste un peu plus de 3 ans pour réaliser les travaux des 60% restants de la deuxième tranche, soit 20% par an. Un délai tout à fait réaliste.

Fédération des Ascenseurs

La Fédération des Ascenseurs est un syndicat professionnel qui regroupe plus de 100 entreprises soit plus de 90% de la profession. Son rôle est ...
Chargement Chargement
  • galerie

    Get the Flash Player to see the slideshow.