Archive pour la catégorie ‘Dans l'ascenseur j'ai rencontré’

Pauline regrette déjà son ascenseur …

Par Ophélie le 4 avril 2011

Dans l’ascenseur j’ai rencontré … Pauline

Pauline est styliste et habite Paris depuis peu afin d’exercer son art au beau milieu de la capitale de la mode. Lorsque nos chemins se sont croisés elle se rendait chez un ami qui l’hébergeait temporairement. Elle me confie alors dans un sourire qu’elle va lourdement regretter l’ascenseur dès la semaine prochaine car elle emménage au 5ème étage d’un immeuble du 11ème arrondissement … sans ascenseur !

Puis elle se reprend et d’un ton plus grave me dit : « Cela dit, l’ascenseur n’encourage pas au dépassement de soi. A notre époque il en faudrait sans doute moins pour obliger les gens à faire un peu plus d’exercice ». Mais je lis dans ses yeux et dans son léger rictus qui ponctue la fin de sa phrase que ses mots dépassent sa pensée …

Selon elle, l’ascenseur peut rapidement devenir un appareil dangereux. Elle se souvient alors d’un ascenseur « mortel »! Enfin, un ascenseur … un monte-charge ! Pas de cabine et les parois de l’immeuble qui défilaient à chaque étage. Elle qui souffre du vertige, elle a bien faillie mourir d’angoisse !

Son ascenseur idéal ? « L’asenseur du film Titanic ! » avec boiseries et tentures aux murs, accompagné bien sûr d’un Liftier qui lui demanderait chaque jour sans jamais s’en lasser « Quel étage Madame ? » Cela coïncide parfaitement avec son élégance naturellement …

Fan inconditionnelle de la série Sex & The City, elle se remémore un épisode hilarant où Samantha (pour les puristes) aime s’encanailler avec ses conquêtes dans l’ascenseur de son immeuble au grand désespoir de ses voisins ! Et oui ! Le fantasme de l’ascenseur perdure …

C’est sur cette note quelque peu érotique que nos chemins se séparent : elle s’excuse de la rapidité avec laquelle elle a répondu à mes questions tandis que je la remercie vivement du temps que trop peu de gens sont près à m’accorder …

Dagobert et sa maîtresse Monica

Par Ophélie le 15 novembre 2010

Dans l’ascenseur j’ai rencontré Monica et son chien Dagobert dans un immeuble parisien du 17ème arrondissement. Je me présente à elle et c’est avec un peu de méfiance qu’elle accepte de me recevoir dans son très bel appartement  du 5ème étage.

« Désirez-vous un peu de thé ? ». C’est une offre qui ne se refuse pas …

« C’est du thé Japonais, je vous préviens c’est un peu spécial ». La curiosité l’emporte, il faut absolument que je goûte ça !

Le temps que l’infusion prenne, elle m’apprend qu’elle détient une société de production de documentaire audiovisuel avec son mari et que cela fait 10 ans qu’ils habitent le quartier. Lorsque je lui demande si elle utilise l’ascenseur régulièrement elle me répond qu’elle l’utilise chaque jour pour se rendre chez elle mais qu’autant que possible elle s’oblige à descendre par les escaliers : « On fait davantage d’exercice en descendant qu’en y montant puisqu’il s’agit de retenir le corps (qui par le jeu de la gravité part en avant). Si les gens s’habituaient à ne pas utiliser l’ascenseur systématiquement, il y aurait certainement moins de problèmes de santé ».

Lorsque je prends l’initiative de nous servir, elle me confie qu’elle ne se sent pas spécialement en sécurité dans les ascenseurs intégralement clos, contrairement au bel ouvrage en fer forgé qu’un peu plus tôt nous avions partagé. Mais elle admet volontiers que depuis la récente mise aux normes sécuritaires l’ascenseur tombe rarement en panne.

Selon vous, l’ascenseur est il synonyme de lien social ?

« Plutôt de gêne sociale ! » me lance t-elle dans un sourire. « En effet on ne sait jamais quoi dire durant le voyage ni quelle attitude adopter ». Mis à part ses voisins du 5ème et 6ème étages qu’elle est ravie de croiser, elle redoute l’ascension avec certaines personnes qui parfois se laisse aller à uriner dans l’appareil par des nuits trop arrosées …

Durant notre entretien je ne peux m’empêcher de parcourir du regard ses immenses étagères peuplées d’innombrables chefs d’œuvres cinématographiques et lui demande enfin si elle a en tête une scène mythique qui se déroule dans un ascenseur. Elle se remémore alors le film qu’elle avait vu la veille : Qu’est ce que j’ai fait pour mériter ça ? (1984) de Pedro Almodovar où une petite fille pourvue de pouvoirs magiques arrête systématiquement l’ascenseur d’un seul regard au cour de son ascension pour se venger de ses voisins médisants. Une scène délicieuse qui nous avait échappée …

Après avoir terminé d’une ultime gorgée ma tasse, je la remercie du temps qu’elle m’a accordé ainsi que du thé qui fût pour moi une belle découverte. Et comme pour faire travailler le peu de muscles qui me compose je décide de redescendre par les escaliers …

Si vous décidiez, dans un soucis d’économie d’énergie, de ne faire qu’un trajet sur deux en ascenseur, est-il selon vous préférable de l’utiliser pour la montée ou pour la descente ?

Sarah, l’ascenseur positif

Par Glenn le 14 juin 2010

Aujourd’hui j’ai rencontré … Sarah.

Sarah habite à Paris et prend l’ascenseur uniquement depuis le début de son stage. Une faible utilisatrice donc mais qui apprécie toutefois ce moyen de transport. Pourtant, elle me raconte que son premier souvenir d’ascenseur est une dispute avec un ancien petit-ami qui finira en rupture… Pas de tristesse dans sa voix, elle me dit simplement que c’est le passé !

Et oui, pour Sarah l’ascenseur est plutôt quelque chose de positif. Ses trajets se transforment en bulle. C’est son moment à elle. Elle se maquille, réfléchit et se dit qu’elle va passer une bonne journée ! Tout ça en moins de 2 minutes… Bravo !

Sarah me confie ensuite que le mot ascenseur lui fait penser à la série Grey’s Anatomie, une de ses séries préférées. Et que c’est dans ces ascenseurs « que se passent les choses importantes » ! Et oui le fameux premier baiser de Derek et Meredith …

Elle me dit enfin que pour elle, les ascenseurs devraient être plus sécurisés, plus rapides et intelligents… Rien que ça ? Elle s’explique.

Pour Sarah, il faudrait une sécurité permanente permettant un secours immédiat. Elle voudrait aussi une vitesse plus élevée… dans ce cas elle deviendrait experte du maquillage express ! Et enfin, que l’ascenseur soit intelligent. Oui, qu’il reconnaisse Sarah (et les autres aussi !) pour l’emmener à l’étage voulu sans aucune manipulation ! Système existant mais peu répandu…

Une vision futuriste et positive de l’ascenseur, le tout avec le sourire !

Véronique et les miroirs d’ascenseurs !

Par Glenn le 1 juin 2010

Aujourd’hui j’ai rencontré … Véronique.

Véronique travaille dans les ascenseurs et elle s’y connaît, à tel point qu’elle les utilise tout le temps !

Sur son lieu de travail, malgré les 2 étages vertigineux, elle n’a pas peur, elle prend l’ascenseur. Chez elle par contre 11 étages l’attendent, avec deux enfants on comprend parfaitement son adoration pour les ascenseurs !

Véronique me dit qu’elle « souffre » d’une déformation professionnelle. Son premier reflex lorsqu’elle rentre dans un ascenseur est de regarder la marque, un peu bizarre mais compréhensible !

Elle me confie ensuite que lorsqu’elle est dans l’ascenseur avec ses enfants, elle ressent une légère crainte, chose qui ne lui arrive jamais quand elle est seule.

Ce qui lui manque dans l’ascenseur c’est de la musique, non pas de la musique d’ascenseur (elle n’aime pas ça, qui aime ça d’ailleurs ?) mais plutôt la radio. Elle trouve aussi que le miroir est indispensable. Elle déteste les ascenseurs dépourvus de cet outil si important (c’est vrai !). En effet, les 11 étages qu’elle descend le matin font office de pause maquillage de dernière minute.

Enfin, elle pense que l’ascenseur du futur devrait posséder une sorte de kit de survie, avec eau et nourriture pour les pannes prolongées.Pas bête !

Elle aimerait aussi y voir un écran relatant l’actualité, la météo, et des infos sur la vie du quartier, ajouter de l’interactivité dans l’ascenseur.

Chose qui selon elle est « nécessaire » dans un ascenseur ! Je n’aurais pas mieux dit.

PS : À défaut d’avoir pu prendre Véronique en photo de face, voici son dos !

Odette, gardienne d’immeuble

Par Glenn le 28 mai 2010

Aujourd’hui j’ai rencontré … Odette.

Odette est gardienne d’immeuble à Paris et elle n’a pas peur des ascenseurs.

Pourtant elle n’utilise pas souvent celui de son immeuble (il est tout petit !), elle préfère les escaliers. Et oui, plus besoin de faire du sport me dit-elle.

En 15 années ,elle est restée bloquée deux fois, mais elle me garantit qu’elle n’a pas peur !

Odette, ce qu’elle aimerait, c’est que son ascenseur (oui elle le prend quand même de temps en temps) soit plus rapide et surtout qu’il soit panoramique !

Elle voudrait voir se qu’il se passe autour plutôt que de regarder les murs ! Idée simple mais tellement vraie !

Enfin elle me confie que dans l’ascenseur, elle déconnecte son cerveau.

Au mieux, elle pense à ce qu’elle a à faire pendant la journée, rien de plus. Tous simplement.

PS : À défaut d’avoir pu prendre Odette en photo, voici son ascenseur.

La Fédération des Ascenseurs est un syndicat professionnel qui regroupe plus de 100 entreprises soit plus de 90% de la profession. Son rôle est ...
Chargement Chargement
  • galerie

    Get the Flash Player to see the slideshow.